«

»

Nov
21

Comment faire parler ton corps avec le test musculaire

Je vais t’apprendre un test étonnant, à faire à deux. C’est très amusant et très facile à faire. Avec ce test, tu vas comprendre que le corps est intelligent et qu’il peut répondre à des questions.  Si, je t’assure! Même s’il ne parle pas, il peut te donner des informations très importantes! Voilà comment procéder :

Tiens-toi debout, un bras tendu sur le côté. Une autre personne se tient devant toi, une main posée sur l’épaule opposée.

  • Le testeur va d’abord vérifier si ton bras fonctionne bien. Avec sa main libre, il fait monter et descendre ton bras. Tu te laisses faire pour le moment.
  • Puis le testeur pousse ton bras vers le bas, avec sa paume ouverte, sans s’agripper au bras. Toi, tu dois essayer de résister le plus possible à sa pression. Attention, la personne qui pousse doit le faire délicatement, il doit juste vérifier si le bras résiste ou non.
  • Il pousse deux secondes, et observe si le bras s’abaisse un peu ou pas du tout. Si le bras descend de 5 centimètres, on dit qu’il est faible. S’il résiste, il est fort. Pas besoin de pousser jusqu’en bas.

Ce test est utilisé en particulier dans la méthode thérapeutique qui s’appelle la kinésiologie.

Dialoguons maintenant avec ton bras.

Faisons le test des aliments.

  • Toujours le bras tendu sur le côté, tu imagines un aliment que tu adores.
  • Continue d’y penser pendant que le testeur pousse ton bras vers le bas, comme je viens de l’expliquer. As-tu réussi à résister? Normalement oui, car lorsque tu penses à quelque chose que tu aimes, tes muscles sont plus forts.
  • Remets ton bras en place
  • Maintenant, tu penses à un aliment que tu détestes. Le testeur pousse à nouveau ton bras vers le bas. Est-ce que tu arrives à résister? Non! Parce que tes muscles s’affaiblissent quand tu penses à quelque chose que tu n’aimes pas!

Tu peux comprendre donc que lorsque tu penses à des choses négatives, tes muscles sont moins forts. Et lorsque tu penses à des choses positives, tu es plus fort. Cela peut expliquer la fatigue, les maladies, les chutes… Si tu te dis : j’ai peur, je vais tomber alors que tu es à vélo, tu affaiblis tes muscles et tu peux effectivement tomber… Souviens-toi de l’article sur le pouvoir des mots, je t’expliquais justement ce phénomène.

Réessayons maintenant avec le test  des couleurs :

  • Imagine une couleur que tu adores. Fais le test comme je viens de te l’expliquer.
  • Imagine ensuite une couleur que tu détestes. Fais le test.

Le test de la vérité : alors, on devrait pouvoir utiliser le test pour savoir si tu mens? Essayons.

  • Si tu es un garçon, fais le test en disant : je suis une fille, et si tu es une fille fais le test en disant : je suis un garçon
  • Puis dis la vérité.
  • Essaye avec d’autres mensonges. le testeur doit deviner en poussant ton bras si tu mens ou non.

A mon avis, ce test pourrait bien plaire à tes parents pour savoir si tu mens…

 

Voici comment ce test musculaire sur les couleurs a aidé une institutrice:

Avant elle ne portait que des vêtements noirs, ou roses, ou rouges. Quant elle a fait le test des couleurs, son corps était plus fort quand elle pensait au bleu, vert et violet, et moins fort avec le noir, le rouge ou le rose Elle a donc décidé de ne porter que les couleurs que son corps approuvait. Eh bien, figure-toi qu’elle s’est rendu compte que ses élèves étaient beaucoup plus calmes depuis qu’elle portait ces couleurs! Incroyable, non? Cela veut dire que nous sommes aussi sensibles à la couleur qu’aux paroles. Je reparlerai des couleurs un autre jour.

 

 

Et la musique?

 Comme les couleurs et les mots, la musique a un pouvoir sur le corps et les émotions aussi. Tu peux parfois aimer certaines musiques, mais quand tu fais le test, ton corps, lui, en préfère d’autres, souvent des musiques calmes.

 

Amuse-toi avec ce test, pose des questions pour savoir ce que ton corps en dit (fais lui confiance) et n’oublie jamais que les pensées et les mots ont un vrai pouvoir sur ton corps!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>