«

»

Jan
17

Rêve : poursuivie par des méchants

Julie, 7 ans, s’est réveillée un matin paniquée  après un gros cauchemar : « Des hommes méchants me poursuivent. Ils tuent tout le monde. Ils m’attaquent et me mettent en prison. Je n’ai pas le droit de revoir ma maman. »

Que veulent dire de telles images ? 

Des hommes méchants me poursuivent :

tu connais maintenant le principe : les personnages du rêve sont des parties de toi. Mais alors, Julie serait-elle très méchante ? Dans son énergie oui, mais envers elle-même ! Julie est une petite fille très douce mais très sensible, qui se fait souvent des reproches. Elle croit toujours qu’elle a fait quelque chose de mal. Elle s’observe beaucoup, et s’en veut très facilement si elle pense qu’elle n’est suffisamment gentille. Ces méchants représentent sa manière de se poursuivre, de se critiquer.

En même temps qu’elle est dure avec elle-même, elle croit que tout le monde est méchant avec elle, que tout le monde lui en veut, et elle s’isole finalement.  Ils tuent tout le monde : elle se contrôle tellement qu’elle en vient à ne plus rien faire, elle devient « sauvage », agressive, elle en veut à tout le monde. Et que fait-elle quand elle se sent attaquée?

Ils me mettent en prison :

elle se punit elle-même en se mettant en prison. Quand on est en prison, on est isolé et seul;  cette image montre que lorsqu’elle s’en veut et qu’elle se sent aussi attaquée par les autres, Julie s’isole des autres,  elle se renferme sur elle-même, elle se coupe des autres. Comment fait-elle dans la réalité? Elle part bouder dans son coin.

Je n’ai pas le droit de revoir ma maman :

la maman est à la fois la maman réelle et une partie de Julie : sa partie douce, bienveillante et qui sait consoler quand on a des bobos ou du chagrin; donc quand Julie boude dans son coin, elle perd le contact avec sa belle partie intérieure capable de pardonner aux autres et à soi-même et de se consoler. Elle se sent abandonnée et seule et n’arrive plus à retourner vers les autres.

 

Pourquoi le rêve vient dire tout cela à Julie?

La veille, Julie allait bien, elle avait joué avec des amies chez elle. Alors ?…

Eh bien, le rêve expliquait ce qui se passait au fond d’elle et qui allait resurgir dans la journée. J’appelle ces rêves les rêves du lendemain.

Voici ce qui se passa après ce rêve : alors qu’elle était à table avec ses parents à l’heure du déjeuner, elle mangeait en faisant beaucoup de bruit. Sa maman la regarda avec insistance, mais sans rien dire. Julie se sentit vexée et crut que sa mère la grondait. Elle se leva de table subitement et alla bouder dans sa chambre!

Tout s’est passé comme le rêve l’avait prévu : à table, en même temps qu’elle se sentait attaquée par sa mère, elle s’est fait des reproches toute seule car elle savait que ce n’est pas bien de manger bruyamment. Puis elle s’est punie et a punie sa mère en allant bouder. Elle a perdu le contact réel avec sa mère puisqu’elle l’a quittée brutalement, et elle l’a perdu avec  sa partie intérieure bienveillante et qui pardonne. Bref, elle ne se pardonnait pas et ne pardonnait pas à sa mère.

Le rêve l’avait prévenue qu’elle risquait de bouder dans la journée!

Mais comment pouvait-il le prévoir?

Parce qu’elle était déjà dans cet état d’esprit dès le matin, et peut-être même la veille avec ses copines. Sans s’en rendre compte, la veille, Julie avait dû se surveiller durant toute la journée pour être rester  gentille avec ses amies, et elle voulait que sa mère soit fière d’elle. En accumulant des petits reproches envers elle-même toute la journée, du genre « je suis trop ceci, trop cela, attention de ne pas faire ci ou ça »… ils avaient fini par devenir de plus en plu gros et par se transformer d’abord en méchants dans son rêve puis par s’exprimer réellement. Le regard de sa mère avait suffi à déclencher la situation que le rêve présagé.

Est-ce que cela t’arrive aussi de de reprocher des tas de choses, de ne pas faire assez bien ou de ne pas être assez sage? Est-ce que tu te surveilles beaucoup? En tout cas, ça nous arrive aussi, nous les adultes. On rêve souvent aussi de gens qui nous attaquent. Nous parents, on veut être aussi de bons parents et on se reproche souvent de ne pas l’être assez. Mais attention aux cauchemars!

 

Quelle est la leçon du rêve?

Sois toujours gentil avec toi-même : plus tu te sentiras bien et plus tu seras aussi agréable avec tout le monde.

Et puis c’est en se trompant qu’on apprend. Tu l’as remarqué, un enfant qui apprend à marcher tombe souvent au début. Est-ce que tu lui dis quand il tombe : « espèce d’imbécile, tu fais n’importe quoi? »  Non, j’espère! Alors pourquoi le fais-tu avec toi-même? On  a tendance à être plus dur avec soi-même qu’avec les autres. Donc promets-moi d’être indulgent pour tes erreurs, et si tu te trompes, si tu n’es pas parfait (d’ailleurs, qui est parfait?),  tu peux toujours rectifier une prochaine fois.

Donc même si tu te trompes, si tu n’es pas parfait, tu es quand même un enfant super chouette. ca ne te rappelle rien ce genre de phrase? Même si…  Oui, l’EFT!

Que faire, donc?

Une ronde d’EFT et tu iras mieux tout de suite. Relis l‘article sur l’EFT.

  • Même si je ne suis pas parfait et que je me trompe souvent, je suis super chouette.
  • Même si j’ai peut de ne pas être suffisamment gentil, je suis toujours super chouette.
  • Même si je me sens attaquée ou grondée et que j’ai envide de bouder, je suis super chouette…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>